Les longs métrages soutenus par le Fonds des talents dans le cadre du programme de production à micro-budget continuent à briller au Canada et dans le monde, avec des projections dans les festivals, des prix et des reconnaissances bien méritées.

The Sun At Midnight, écrit, réalisé et produit par Kirsten Carthew, et produit par Amos Scott, a récemment obtenu deux prix Leo à Vancouver dans la catégorie Meilleur montage pour un long métrage (Jamie Alain) et meilleure partition musicale pour un long métrage (Richard Walters). De plus, au Festival du film de Bentonville, cofondé par Geena Davis et Trevor Drinkwater en Arkansas, The Sun At Midnight a reçu le prix du jury de la Meilleure histoire!

« C’est grâce au financement du programme de production à micro-budget soutenu par le Fonds des talents que j’ai pu faire ce film, » a déclaré Kirsten à propos de The Sun At Midnight, l’histoire d’une adolescente perdue qui devient amie avec un chasseur à la recherche d’un caribou. « Grâce à l’aide financière de Téléfilm, nous avons eu accès à des fonds via le NWT film rebate funding initiative, qui nous a permis, avec notre partenaire Gwich’in Tribal Council, de compléter notre financement. Le soutien de Téléfilm nous a ouvert les portes de l’industrie dans le sud du pays, renforçant la crédibilité du film et la nôtre en tant que réalisateurs. Le soutien de Téléfilm a renforcé la notoriété de la communauté émergente des films des Territoires du Nord-Ouest, et la réussite de The Sun At Midnight illustre les possibilités qui attendent les autres réalisateurs dans les Territoires. »

« C’est une expérience fantastique d’être reconnu par un jury estimé et un festival avant-gardiste consacré à l’avancement et à la réussite des femmes et des diverses voix, » a déclaré Kirsten à propos de son prix Bentonville. « Il existe tellement de films vraiment fantastiques de nos jours, c’est pour moi un réel honneur d’être reconnue et de m’y illustrer. Je suis fière de The Sun At Midnight; un film qui traite de la persévérance, une première pour moi et la communauté des réalisateurs des Territoires du Nord-Ouest canadiens. Ce prix représente une excellente occasion de partager et présenter The Sun At Midnight à un public international. Et j’en suis ravie. »

Et pour rendre le moment plus magique encore, c’est Meg Ryan qui lui a remis son prix. « Meg Ryan est une actrice emblématique, ainsi qu’une réalisatrice hors pair. Je suis encore ébahie d’avoir reçu ce prix des mains de Meg Ryan… je dois admettre qu’il m’a fallu une ou deux semaines pour vraiment y croire! »

Meg Ryan présentant le prix du jury pour la Meilleure histoire à Kirsten Carthew lors du Festival du film de Bentonville en mai 2017. Crédit photo : Festival du film de Bentonville

« Désormais, j’ai l’intention de profiter de toutes les occasions qui s’offriront à moi suite à l’obtention de ce prix et de l’attention qu’il suscite, » déclare Kirsten. « Ce prix du Festival du film de Bentonville m’offre la possibilité de sortir un film aux États-Unis et me donne accès à la distribution au détail par Wal-Mart. Notre distributeur IndustryWorks Pictures s’occupe des détails de la négociation. En ce qui me concerne, cette victoire me prodigue un moyen de communication avec les représentants de l’industrie aux États-Unis et dans les autres pays, qui s’intéressent désormais à mes projets. Nous travaillons également avec IndustryWorks Pictures en vue de diffuser un nouveau film dans les salles canadiennes plus tard cette année. »

Au Festival du film de Whistler, The Sun At Midnight (Jill and Jackfish Productions), Devery Jacobs, l’actrice principale du film, a remporté le Borsos de la meilleure performance. Il a été élu Meilleur film par les jurys des jeunes du Festival international du film pour la jeunesse Reel 2 Real de Vancouver et du Festival international de films pour enfants de tous âges Freeze Frame de Winnipeg. « The Sun At Midnight  se déroule au cercle polaire arctique et raconte une petite histoire suffisamment précise pour être universelle et toucher véritablement le public, » explique Kirsten à propos du film, qui a récemment fait ses débuts en Europe au Festival du film de Zlín, en République tchèque, et sera projeté au Festival du film de Sydney en Australie ce mois-ci. « La preuve est que le film résonne auprès du public au Canada, aux États-Unis et dans le reste du monde. »

Bande-annonce de The Sun at Midnighthttps://vimeo.com/183361379

Presque 10 mois après son inauguration mondiale au Festival international du film de Toronto,  Werewolf connait toujours un succès retentissant. Après seulement une semaine en salle au cinéma Carlton de Toronto (depuis le 2 juin), le film, qui traite d’un couple qui décide de sortir de l’emprise de la drogue, a reçu 4 étoiles par le critique de The Globe and Mail, dans lequel le critique Barry Hertz a appelé le film « un des meilleurs premiers films canadiens de tous les temps »  à l’égal des premiers films de certains des réalisateurs les plus appréciés et célèbres au pays.

Dans une autre critique élogieuse, Chris Knight du National Post  parle d’une « une histoire racontée avec aplomb ».

Au pays, Werewolf a récemment reçu le prix du Meilleur film aux Screen Nova Scotia Awards de 2017! Étant donné qu’Ashley McKenzie (scénariste, réalisatrice et productrice) et Nelson MacDonald (producteur) assistaient à la projection de leur film dans des festivals internationaux, notamment lors de la projection en avant-première du film au Festival du film de Maryland aux États-Unis, ils n’ont pas pu assister à l’événement des Screen Nova Scotia Awards à Halifax le 4 mai, mais ont envoyé un message très personnel pour l’acceptation de leur prix. « Notre principal objectif en faisant Werewolf était de créer quelque chose d’authentiquement canadien, » ont-ils écrit dans leur message. « Merci à toute l’équipe de Cape Breton et de la Nouvelle-Écosse de nous avoir permis de faire ce film. Ce fut une expérience incroyable de prendre chaque matin notre voiture pour travailler dans la petite ville où nous avons grandi et aux côtés de personnes que nous avons connu toute notre vie. »

Ashley McKenzie au Festival du film de Maryland avec le directeur de la programmation Eric Hatch. Crédit photo : Hugh Gibson

Pour résumer son succès à date, après ses débuts en 2016  au Festival international du film de Toronto, Werewolf a été nommé dans le classement des 10 meilleurs Canadiens du TIFF, ce qui lui a valu d’être diffusé dans certains cinémas dans tout le pays. (En mars, il est également sorti au cinéma en France, Belgique et Suisse par le biais du distributeur Ligne 7). Parmi les moments forts des festivals internationaux, on retiendra sa projection récente au Festival international du film de Berlin (en avant-première européenne), au Festival du cinéma international de Buenos Aires, au Festival international du film IndieLisboa, et au Festival du film de Maryland, suite auquel le film a reçu une critique positive dans The New Yorker, écrite par Richard Brody.

Au Canada, Ashley a reçu le prix Jay Scott pour Talent émergent de la part de l’Association des critiques de films de Toronto, et le film a reçu de nombreux prix, notamment Meilleur réalisateur de l’Atlantique, Performance exceptionnelle par une actrice  (Bhreagh MacNeil), et Performance exceptionnelle par un acteur (Andrew Gillis) lors du Festival du film de l’Atlantique; Meilleur premier film par un réalisateur canadien et Meilleure actrice dans un film canadien lors des Prix du cercle des critiques de films de Vancouver , et Meilleur long métrage dans la catégorie Focus Québec/Canada au Festival du nouveau cinéma. Werewolf , en nomination pour quatre prix Écrans, a été projeté lors du Festival international du film de Vancouver.

Bande-annonce de Werewolfhttps://vimeo.com/183498198